Un soir, un fantasme réalisé avec une inconnue aux courbes généreuses

Je m’appelle Damien, un homme arabe de 40 ans, musclé et électricien de profession. Depuis la perte de mon épouse, la solitude s’est installée, et avec elle, un fantasme pour les femmes aux courbes généreuses. Un soir, alors que je rentrais du travail, je me suis engagé dans une ruelle sombre. Là, j’ai aperçu une femme aux formes voluptueuses, vêtue d’une tenue provocante. Ses gros seins débordaient de son décolleté, et je n’ai pas pu résister à la tentation.

Je me suis approché d’elle, et elle m’a regardé avec un sourire coquin. « Tu as l’air d’apprécier ce que tu vois, » elle a dit, sa voix aussi séduisante que son apparence. « Je peux réaliser ton fantasme, si tu le veux. » Je n’ai pas hésité une seconde. J’ai accepté son offre, et elle m’a pris par la main pour m’emmener dans un endroit plus discret.

Une fois là-bas, elle s’est mise à genoux devant moi. Ses mains ont commencé à caresser ma bite à travers mon pantalon, et j’ai senti mon chibre se durcir sous ses doigts experts. Elle a défait ma ceinture, a baissé mon pantalon et a commencé à me sucer avec avidité. Sa bouche chaude et humide a enveloppé ma queue, et j’ai gémis de plaisir.

« Tu aimes ça, hein ? Tu aimes quand je pompe ta grosse bite, » elle a murmuré, me regardant avec des yeux pleins de désir. J’ai hoché la tête, incapable de parler. Sa langue a dansé autour de mon gland, et j’ai senti mes couilles se serrer. J’étais aux anges, et je ne voulais pas que ça s’arrête.

Elle a continué à me sucer, ses mains doigtant ma rondelle. J’ai senti un mélange de douleur et de plaisir, et j’ai gémis plus fort. Elle a souri, et a enfoncé un doigt dans mon fion. J’ai crié de plaisir, et elle a ri, continuant à me doigter tout en suçant ma bite.

Après un moment, elle a arrêté et s’est levée. « Maintenant, je veux que tu me baises, » elle a dit, se tournant et se mettant en position de levrette. J’ai vu sa chatte mouillée et excitée, et j’ai senti mon chibre palpiter de désir. Je me suis mis derrière elle, et j’ai enfoncé ma queue dans sa chatte chaude et humide.

J’ai commencé à la baiser avec fougue, mes couilles claquant contre son cul. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti ses murs vaginaux se serrer autour de ma bite. Je l’ai baisée comme une salope, lui donnant des fessées pour la punir de m’avoir excité autant. Elle a crié plus fort, et j’ai senti mon orgasme approcher.

Mais juste au moment où j’allais jouir, elle s’est arrêtée et s’est tournée vers moi. « Tu veux jouir, hein ? Tu veux déverser ton foutre sur mes gros seins ? » elle a demandé, un sourire coquin sur les lèvres. J’ai hoché la tête, désespéré de finir. « Eh bien, si tu veux jouir, tu dois d’abord me sodomiser, » elle a dit, se tournant et me présentant son cul.

J’ai regardé son anus serré, et j’ai senti mon chibre palpiter de désir. J’ai pris une profonde inspiration, et j’ai commencé à enfoncer ma bite dans son fion. Elle a crié de douleur et de plaisir, et j’ai senti mon orgasme approcher à grands pas. Mais c’est à ce moment-là que…

À suivre…J’ai senti mon chibre se durcir encore plus en voyant son anus serré. J’ai pris une profonde inspiration et j’ai commencé à enfoncer ma bite dans son fion. Elle a crié de douleur et de plaisir, et j’ai senti mon orgasme approcher à grands pas. Mais c’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je n’avais pas de préservatif.

« Attends, » j’ai dit, retirant ma queue de son cul. « Je n’ai pas de capote. »

Elle s’est tournée vers moi et a souri. « Ne t’inquiète pas, je suis propre et sous contraception, » elle a dit. « Et j’aime sentir le sperme chaud dans mon cul. »

J’ai hésité un moment, mais la tentation était trop forte. J’ai repris ma position et j’ai recommencé à enculer cette salope. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti mon chibre palpiter de désir. Je l’ai baisée avec fougue, mes couilles claquant contre ses fesses.

J’ai senti ses murs anaux se serrer autour de ma bite, et j’ai commencé à jouir. J’ai déversé mon foutre chaud dans son cul, et elle a crié de plaisir. J’ai continué à la baiser, sentant mon sperme couler de son fion.

Après avoir fini, je me suis retiré et je me suis allongé sur le dos, essoufflé. Elle s’est allongée à côté de moi et a commencé à caresser ma bite. « Tu es un bon coup, » elle a dit, un sourire coquin sur les lèvres.

Je l’ai regardée et j’ai souri. « Tu es une sacrée chienne, » j’ai dit. « Je n’ai jamais baisé une femme aussi excitée que toi. »

Elle a ri et a commencé à me sucer à nouveau. Sa bouche chaude et humide a enveloppé ma queue, et j’ai senti mon chibre se durcir à nouveau. Elle a pompé ma bite avec avidité, ses mains doigtant ma rondelle.

J’ai senti un mélange de douleur et de plaisir, et j’ai gémis de plaisir. Elle a souri, et a enfoncé un doigt dans mon fion. J’ai crié de plaisir, et elle a ri, continuant à me doigter tout en suçant ma bite.

Après un moment, elle s’est arrêtée et s’est levée. « Maintenant, je veux que tu me baises à nouveau, » elle a dit, se tournant et se mettant en position de levrette. J’ai vu sa chatte mouillée et excitée, et j’ai senti mon chibre palpiter de désir.

Je me suis mis derrière elle et j’ai enfoncé ma queue dans sa chatte chaude et humide. J’ai commencé à la baiser avec fougue, mes couilles claquant contre son cul. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti ses murs vaginaux se serrer autour de ma bite.

Je l’ai baisée comme une salope, lui donnant des fessées pour la punir de m’avoir excité autant. Elle a crié plus fort, et j’ai senti mon orgasme approcher. Cette fois, je n’ai pas arrêté. J’ai continué à la baiser, sentant mon sperme monter en moi.

J’ai finalement joui, déversant mon foutre chaud dans sa chatte. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti ses murs vaginaux se serrer autour de ma bite. Je me suis retiré et je me suis allongé à côté d’elle, essoufflé.

Elle s’est tournée vers moi et m’a embrassé. « Merci, » elle a dit. « Tu as réalisé mon fantasme. »

Je l’ai regardée et j’ai souri. « Merci à toi, » j’ai dit. « Tu as réalisé le mien. »

Nous nous sommes rhabillés et avons quitté l’endroit. Je ne sais pas si je la reverrai un jour, mais je sais que je me souviendrai toujours de cette nuit. Cette chienne m’a donné le meilleur orgasme de ma vie, et je suis sûr que je ne l’oublierai jamais

Publications similaires