Séduction Interdite : Fantasme Anal dans l’Elégance d’un Restaurant Chic

Je m’appelle Diana, une femme d’origine asiatique de 64 ans, grande et pulpeuse. Je suis conseillère en investissement et célibataire, et je dois admettre que j’ai une forte attirance pour le sexe anal et le voyeurisme. Ce soir, je me rends dans un restaurant chic pour un dîner d’affaires, habillée d’une robe moulante qui met en valeur mes courbes généreuses.

Je remarque immédiatement un homme séduisant à la table voisine. Il me regarde avec insistance, et je sens une forte attirance pour lui. Il a l’air d’être dans la quarantaine, grand et musclé, avec des yeux perçants et une mâchoire carrée. Je lui souris, et il me rend mon sourire avec un air coquin. Je sens mon cœur battre la chamade et une chaleur monter entre mes cuisses.

Je me concentre sur mon dîner d’affaires, mais je ne peux m’empêcher de jeter des coups d’œil furtifs à l’homme séduisant. Je commence à imaginer ce que je ferais avec lui si j’avais l’occasion. Je me vois à genoux devant lui, suçant sa bite dure et épaisse comme une chienne en chaleur. Je me vois couché sur le ventre, les jambes écartées, le laissant me doigter et me lécher la chatte mouillée. Je me vois en levrette, le laissant enculer ma rondelle serrée et humide.

Après le dîner, je me lève pour aller aux toilettes. Je sens les regards des hommes sur moi, mais je n’en ai cure. Je sais que je suis une femme désirable, et je prends plaisir à être regardée. Je me dirige vers les toilettes, mais je remarque que l’homme séduisant me suit. Je me sens excitée et un peu nerveuse, mais je continue à avancer.

Je me faufile dans les toilettes, et je suis soulagée de voir qu’elles sont vides. Je me regarde dans le miroir, remettant ma robe en place et me passant les mains dans les cheveux. J’entends la porte s’ouvrir derrière moi, et je me retourne pour voir l’homme séduisant entrer. Il verrouille la porte derrière lui et se dirige vers moi, le regard brûlant de désir.

« Tu es magnifique, » dit-il, en me prenant les hanches.

« Tu es plutôt sexy toi-même, » répondis-je, en sentant sa bite dure contre mon ventre.

Il m’embrasse passionnément, sa langue explorant ma bouche. Je gémis de plaisir, sentant sa main se glisser sous ma robe et remonter le long de ma cuisse. Je suis déjà mouillée, et je sens ses doigts glisser facilement dans ma chatte.

« Tu es excitée, » dit-il, en me regardant dans les yeux.

« Oui, je suis très excitée, » répondis-je, en me mordant la lèvre.

Il me tourne alors dos à lui et me penche sur le lavabo, soulevant ma robe pour révéler mon cul rebondi et ferme. Je sens sa main me gifler les fesses, et je gémis de plaisir. Il frotte sa bite contre ma rondelle, et je sens mon anus se contracter d’anticipation.

« Tu veux que je t’encule, salope ? », demande-t-il, en me tenant les hanches.

« Oui, je veux que tu m’encules, » répondis-je, en haletant.

Il crache sur sa main et se lubrifie la bite, avant de la glisser lentement dans mon anus. Je gémis de douleur et de plaisir, sentant sa bite épaisse s’enfoncerJe sens sa bite épaisse s’enfoncer lentement dans mon anus, étirant mon fion serré. La douleur initiale se transforme rapidement en plaisir intense, alors qu’il commence à me baiser le cul avec des coups de reins puissants. Je gémis et halète de plus en plus fort, sentant sa bite me remplir complètement.

« Tu aimes ça, salope ? Tu aimes te faire enculer par un inconnu dans les toilettes d’un restaurant ? », me demande-t-il, en me claquant les fesses.

« Oui, j’adore ça ! Encore, baise-moi le cul plus fort ! », je crie, prise dans une vague de plaisir intense.

Il se retire alors brusquement, me laissant un sentiment de vide. Mais il ne tarde pas à se remettre en position, cette fois devant moi, sa queue luisante de mon jus anal. Il me regarde avec un sourire coquin et me dit : « À genoux, chienne. Montre-moi ce que tu sais faire avec ta bouche. »

Je m’exécute sans hésiter, prenant sa bite dans ma main et commençant à le pomper lentement. Je sens le goût de mon propre cul sur sa queue, ce qui m’excite encore plus. Je le suce et le branle avec une intensité croissante, sentant sa bite gonfler dans ma bouche.

« Tu es une vraie cochonne, toi. Tu suces comme une reine », me dit-il, en me caressant les cheveux.

Je continue à le sucer avec avidité, voulant goûter à son sperme chaud. Mais il me repousse doucement et me soulève, me posant sur le lavabo. Il écarte mes jambes et commence à me doigter la chatte, me faisant gémir de plaisir. Je suis trempée, ma chatte dégouline de mouille. Il se penche alors et commence à me lécher la chatte, suçant mon clitoris avec habileté.

« Oh oui, lèche-moi la chatte ! Je vais jouir ! », je crie, sentant l’orgasme monter en moi.

Il continue à me lécher et à me doigter, me faisant jouir intensément. Je gémis et crie de plaisir, sentant mon corps trembler de partout. Mais il ne s’arrête pas là. Il se relève et enfonce sa bite dans ma chatte mouillée, me baisant avec une intensité incroyable.

« Tu es une vraie chaudasse, toi. J’adore baiser une femme comme toi », me dit-il, en me baisant sauvagement.

Je me sens transportée par le plaisir, gémissant et criant de plus en plus fort. Je sens sa bite me remplir complètement, allant et venant dans ma chatte trempée. Je jouis une deuxième fois, sentant mon corps se contracter autour de sa bite.

« Oh oui, je vais jouir ! Je vais jouir dans ta chatte mouillée ! », il crie, augmentant le rythme de ses coups de reins.

Il jouit finalement, remplissant ma chatte de son sperme chaud. Je sens son foutre couler le long de mes cuisses, ce qui m’excite encore plus. Il se retire alors, essoufflé et souriant.

« Tu es incroyable, Diana. Je n’oublierai jamais cette baise », me dit-il, en me caressant le visage.

Je souris, me sentant comblée et satisfaite. Je me lève, remets ma robe en place et me regarde dans le miroir. Je me sens belle, désirable et puissante. Je quitte les toilettes, laissant derrière moi cet homme séduisant et notre rencontre torride. Je sais que je garderai ce souvenir gravé dans ma mémoire pour toujours

Publications similaires