Fantasme réalisé : Une nuit torride avec une femme aux gros seins sur un toit

Je m’appelle Auguste, un jeune homme de 19 ans, grand et de corpulence moyenne, d’origine africaine. Je travaille comme interprète et je suis en couple, mais j’ai toujours eu des fantasmes inassouvis. Mon orientation sexuelle est hétérosexuelle et je suis particulièrement attiré par les femmes aux gros seins.

Après une longue journée de travail éreintante, je me suis retrouvé sur le toit d’un immeuble pour prendre l’air. Le vent frais du soir caressait mon visage, me procurant une sensation de liberté et de détente. C’est là que je l’ai vue, une femme aux courbes généreuses et aux gros seins qui semblait aussi excitée que moi. Elle m’a regardé avec un sourire coquin, ses yeux pétillants de désir. Je pouvais sentir l’énergie sexuelle qui émanait d’elle, me donnant envie de laisser libre cours à mes désirs les plus profonds.

Elle s’est approchée de moi, ses hanches se balançant de manière provocante. Elle portait une robe moulante qui mettait en valeur ses courbes voluptueuses. Ses gros seins débordaient légèrement de son décolleté, me donnant envie de les toucher et de les sucer. Je pouvais voir sa poitrine se soulever à chaque respiration, me rendant encore plus excité.

Je l’ai attirée vers moi, mes mains se posant sur ses hanches. Je l’ai embrassée passionnément, mes lèvres se pressant contre les siennes avec une intensité qui m’a surpris moi-même. Mes mains ont commencé à explorer son corps, caressant ses courbes généreuses et ses gros seins. Je pouvais sentir ses tétons durcir sous mes doigts, me donnant encore plus envie de les sucer.

Elle a gémi de plaisir, ses mains se posant sur ma poitrine. Elle a commencé à me toucher, ses doigts habiles explorant mon corps avec une expertise qui m’a laissé sans voix. Je pouvais sentir mon chibre durcir dans mon pantalon, me donnant envie de la baiser comme une salope.

Je l’ai plaquée contre le mur, mes lèvres se déplaçant vers sa poitrine. J’ai sucé et léché ses tétons durs, la faisant gémir de plaisir. Elle a passé ses doigts dans mes cheveux, me suppliant de continuer. Je pouvais sentir sa chatte mouillée à travers sa culotte, me donnant encore plus envie de la baiser.

Je l’ai retournée, lui donnant une bonne fessée. Elle a gémis encore plus fort, ses fesses se trémoussant sous mes coups. Je pouvais voir sa chatte mouillée à travers sa culotte, me donnant envie de la doigter. Je lui ai retiré sa culotte, révélant sa chatte rasée et mouillée. J’ai glissé un doigt à l’intérieur, la faisant gémir de plaisir.

Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de mon doigt, me donnant envie de la baiser encore plus fort. J’ai sorti mon chibre dur, le frottant contre sa chatte mouillée. Elle a gémi de plaisir, me suppliant de la baiser. Je l’ai pénétrée sauvagement, la faisant crier de plaisir. Je pouvais sentir sa chatte chaude et mouillée autour de mon chibre, me donnant encore plus envie de la baiser.

Je l’ai baisée comme une chienne, la faisant jouir plusieurs fois avant de finalement éjaculer sur ses gros seins. Je pouvais sentir mon sperme chaud se répandre sur sa poitrine, me donnant une sensation de satisfaction intense.

Cette expérience m’a laissé complètement satisfait et je me suis rendu compte que j’avais enfin pu réaliser mon fantasme de baiser une salope aux gros seins sur un toit. Mais peu de temps après, j’ai entendu un bruit étrange qui m’a laissé perplexe. Je me suis demandé ce que c’était, mais j’ai décidé de l’ignorer et de profiter du moment présent. Cependant, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander ce qui m’attendait ensuite.Après avoir savouré ce moment intense, j’ai aidé la femme à se rhabiller et nous avons échangé quelques mots. Elle m’a dit s’appeler Béatrice et qu’elle était une artiste peintre. Nous avons convenu de nous revoir pour explorer nos désirs communs plus en profondeur.

Le lendemain, je me suis rendu chez Béatrice, impatient de découvrir ce qu’elle me réservait. En entrant dans son atelier, j’ai été submergé par l’odeur de la peinture et des solvants. Elle m’a accueilli avec un sourire coquin, vêtue d’une chemise en soie légèrement transparente qui laissait deviner ses gros seins. Je pouvais sentir mon chibre durcir dans mon pantalon à la simple vue de ses courbes généreuses.

Béatrice a commencé à me déshabiller lentement, effleurant mon torse de ses mains douces et expertes. Je pouvais sentir l’excitation monter en moi, ma bite devenant de plus en plus dure à mesure qu’elle me caressait. Elle s’est agenouillée devant moi, prenant ma queue dans sa bouche chaude et humide. Elle a commencé à me sucer avec avidité, sa langue tournoyant autour de mon gland sensible. Je pouvais sentir ses lèvres glisser le long de ma tige, me donnant envie de jouir dans sa bouche de salope.

Mais je ne voulais pas encore jouir. Je voulais la baiser comme une chienne et sentir sa chatte chaude et mouillée autour de ma queue. Je l’ai allongée sur une table de travail, écartant ses jambes pour révéler sa chatte rasée et dégoulinante de mouille. Je me suis penché pour goûter à son nectar sucré, léchant et suçant son clitoris sensible. Elle a gémi de plaisir, se trémoussant sous mes coups de langue experts.

Je l’ai ensuite pénétrée sauvagement, enfonçant ma bite dure dans sa chatte trempée. Elle a crié de plaisir, ses gros seins se balançant au rythme de mes coups de reins. Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de ma queue, me donnant encore plus envie de la baiser comme une cochonne. Je l’ai retournée, lui donnant une bonne fessée avant de l’enculer profondément. Elle a crié encore plus fort, ses cris de plaisir remplissant l’atelier.

Je l’ai ensuite prise en levrette, admirant son cul rebondi et ses gros seins qui pendaient sous elle. Je pouvais sentir sa chatte chaude et mouillée autour de ma queue, me donnant envie de jouir. Mais je voulais prolonger le plaisir encore un peu. Je l’ai allongée sur le dos, lui ordonnant de se toucher la chatte pendant que je lui suçais les seins. Elle a obéi, se doigtant avec avidité tout en gémissant de plaisir.

Finalement, je n’ai plus pu me retenir. Je me suis retiré de sa chatte et j’ai éjaculé sur son visage et ses gros seins, recouvrant son corps de mon sperme chaud et épais. Elle a souri, léchant mes dernières gouttes de foutre sur ses lèvres.

Après notre séance de baise intense, Béatrice m’a montré certaines de ses peintures. Elles étaient toutes érotiques, représentant des femmes aux courbes généreuses et aux gros seins dans des positions suggestives. Je pouvais sentir mon excitation revenir à la simple vue de ces tableaux. Béatrice m’a alors proposé de poser pour elle, ce que j’ai accepté avec empressement.

Elle m’a demandé de me déshabiller et de prendre différentes poses suggestives. Je pouvais sentir son regard scrutateur sur mon corps, me donnant envie de la baiser à nouveau. Elle a commencé à peindre, ses mains se déplaçant avec habileté sur la toile. Je pouvais sentir l’excitation monter en moi à mesure que je la regardais peindre.

Finalement, je n’ai plus pu me retenir. Je me suis approché d’elle, prenant sa main dans la mienne et la gui

Publications similaires