Fantasme réalisé : Domination torride dans l’aquarium

Je m’appelle Abdoulaye, un homme de 40 ans, travaillant comme agent de sécurité dans un aquarium. Depuis que je suis veuf, ma vie sexuelle est devenue monotone, jusqu’à ce jour où j’ai rencontré cette femme qui correspondait parfaitement à mes fantasmes les plus profonds. Elle avait des courbes généreuses, des fesses rebondies et une poitrine qui ne laissait personne indifférent.

Dès que je l’ai vue, j’ai été attiré par elle. Je me suis approché, et nous avons entamé une conversation. Son regard coquin et sa voix sensuelle m’ont immédiatement fait comprendre qu’elle était du même acabit que moi. Je lui ai proposé de visiter les coulisses de l’aquarium, et elle a accepté avec un sourire entendu.

Je l’ai emmenée dans une pièce privée, à l’abri des regards indiscrets. L’atmosphère était électrique, chargée de désir et de lust. Je me suis approché d’elle, l’ai attrapée par les hanches et l’ai embrassée avec fougue. Nos langues se sont entremêlées, et j’ai pu sentir son souffle chaud contre ma peau. Elle a gémi de plaisir, et j’ai su à cet instant que j’avais le contrôle.

Je l’ai poussée contre le mur, et j’ai commencé à explorer son corps avec mes mains. Ses seins étaient fermes et généreux, et je les ai malaxés avec avidité. Elle a gémissement de plus en plus fort, et j’ai senti son désir monter en elle. Je l’ai alors traitée de salope, et elle a souri, comme si elle appréciait ce traitement.

Je l’ai retournée, et je l’ai forcée à se mettre à genoux. J’ai sorti ma bite, déjà dure et palpitante, et je l’ai présentée à sa bouche. Elle l’a prise avec empressement, suçant et pompant comme une vraie chienne en chaleur. Sa bouche était chaude et humide, et j’ai senti mon désir monter en flèche. Je l’ai tenue par les cheveux et j’ai commencé à la baiser la bouche, allant de plus en plus profondément.

Elle a continué à me sucer avec avidité, jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir. J’ai déversé mon foutre chaud et épais dans sa bouche, et elle l’a avalé avec plaisir. Elle m’a regardé avec des yeux remplis de désir, et j’ai su que ce n’était que le début.

Je l’ai allongée sur le sol, et je l’ai déshabillée lentement. Sa chatte était déjà mouillée, et j’ai pu sentir son odeur musquée et excitante. Je l’ai doigtée avec vigueur, et elle a gémissement de plus en plus fort. Sa chatte était chaude et accueillante, et j’ai eu envie de la baiser sans plus attendre.

Je me suis positionné entre ses jambes écartées, et j’ai présenté ma queue à son entrée. Elle a gémissement de plaisir lorsque je l’ai pénétrée, et j’ai commencé à la baiser avec vigueur. Ses seins rebondissaient sous mes coups de rein, et j’ai senti mon désir monter en flèche. Elle était chaude, mouillée et serrée, et j’ai eu du mal à me contrôler.

J’ai continué à la baiser pendant de longues minutes, changeant de position et explorant son corps avec mes mains. Je l’ai prise en levrette, lui donnant des claques sur les fesses et l’enculant avec vigueur. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti son anus se contracter autour de ma queue.

Je l’ai roulée sur le ventre, et je l’ai prise à nouveau. Sa chatte était encore plus mouillée, et j’ai senti son plaisir monter en flèche. Elle a crié et a joui, sa chatte se contractant autour de ma queue. J’ai continué à la baiser, jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir. J’ai déversé mon sperme chaud et épais dans sa chatte, et je me suis effondré sur elle, épuisé.

Elle m’a regardé avec un sourire satisfait, et j’ai su que j’avais réalisé mon fantasme de domination sexuelle. Mais je savais aussi que ce n’était pas fini,Je me suis relevé, le souffle court, la bite encore palpitante. Elle m’a regardé avec des yeux remplis de désir et de soumission. « Tu es une vraie chienne », lui ai-je dit, un sourire aux lèvres. Elle a souri en retour, se mordant la lèvre inférieure d’un air provocateur. J’ai senti mon chibre se durcir à nouveau, prêt pour une autre ronde.

Je l’ai attrapée par les cheveux et l’ai forcée à se mettre à quatre pattes. Sa croupe était cambrée, son cul rebondi et invitant. J’ai doigté sa chatte, encore mouillée et chaude, puis j’ai glissé un doigt dans son anus. Elle a gémi de plaisir, se cambrant encore plus. « Tu aimes ça, salope ? », lui ai-je demandé, tout en continuant à la doigter. « Oui, j’aime ça », a-t-elle répondu, haletante.

J’ai retiré mes doigts et j’ai présenté ma queue à son entrée. Elle a gémissement de plaisir lorsque je l’ai pénétrée, et j’ai commencé à la baiser avec vigueur. Ses seins rebondissaient sous mes coups de rein, et j’ai senti mon désir monter en flèche. Je l’ai prise en levrette, lui donnant des claques sur les fesses et l’enculant avec vigueur. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti son anus se contracter autour de ma queue.

Je l’ai retournée et je l’ai allongée sur le sol. Je me suis mis entre ses jambes, et j’ai commencé à lui lécher la chatte. Elle a gémissement de plus en plus fort, sa chatte était chaude et mouillée. J’ai sucé son clitoris, la doigtant en même temps. Elle a joui, ses jambes tremblant de plaisir.

Je l’ai aidée à se relever et je l’ai embrassée avec fougue. « Tu es une vraie chienne », lui ai-je dit. Elle a souri, et m’a murmuré à l’oreille : « Et toi, tu es un vrai étalon ». Ces mots m’ont donné encore plus de force, et j’ai décidé de la prendre une dernière fois.

Je l’ai allongée sur le ventre, et je me suis mis sur elle. J’ai présenté ma queue à son entrée, et je l’ai pénétrée lentement. Elle a gémissement de plaisir, et j’ai commencé à la baiser avec vigueur. Ses fesses rebondissaient sous mes coups de rein, et j’ai senti mon désir monter en flèche. Je l’ai prise avec force, lui donnant des claques sur les fesses et l’enculant avec vigueur. Elle a crié de plaisir, et j’ai senti son anus se contracter autour de ma queue.

Je l’ai roulée sur le dos, et je l’ai prise à nouveau. Sa chatte était encore plus mouillée, et j’ai senti son plaisir monter en flèche. Elle a crié et a joui, sa chatte se contractant autour de ma queue. J’ai continué à la baiser, jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir. J’ai déversé mon sperme chaud et épais dans sa chatte, et je me suis effondré sur elle, épuisé.

Nous sommes restés là, enlacés, la sueur perlant sur nos corps. « C’était incroyable », lui ai-je murmuré à l’oreille. Elle a souri, et m’a répondu : « Oui, c’était incroyable ». Nous nous sommes rhabillés, et nous sommes quittés avec un sourire entendu.

Depuis ce jour, je me suis juré de ne plus jamais m’ennuyer sexuellement. J’ai découvert en moi un désir de domination, et j’ai compris que j’avais besoin d’une partenaire qui corresponde à mes fantasmes. Cette femme m’a montré que c’était possible, et j’en suis éternellement reconnaissant. Je sais que je continuerai à explorer mes désirs, à la recherche de nouvelles expériences et de nouveaux plaisirs. Et je sais que je trouverai toujours quelqu’un pour partager ces moments avec moi

Publications similaires