bonds avec deux femmes pulpeuses : le fantasme d’un agent de police réalisé

Je m’appelle Lorenzo, un homme arabe de 39 ans, agent de police de taille moyenne et de corpulence normale. Je suis en couple, mais j’ai une orientation sexuelle plutôt versatile, avec une préférence pour les femmes aux gros seins. Mon fantasme ultime est le triolisme avec deux femmes pulpeuses.

Un jour, au travail, je suis en charge de la sécurité d’un événement. C’est là que je les vois, deux déesses aux courbes voluptueuses. L’une est une blonde aux yeux bleus, l’autre une brune aux yeux noisette. Elles sont toutes les deux vêtues de robes moulantes qui mettent en valeur leurs poitrines généreuses. Je ne peux pas m’empêcher de les mater, et je sens une excitation monter en moi.

Je décide de les aborder, utilisant mon charme naturel et mon uniforme pour les séduire. Je m’approche d’elles, mon chibre commençant déjà à se dresser dans mon pantalon. « Bonjour mesdames, je suis Lorenzo, l’agent de sécurité. Je ne peux pas m’empêcher de remarquer à quel point vous êtes magnifiques. »

Elles sourient, visiblement flattées. La blonde répond, « Merci, monsieur l’agent. Je suis Ambre et voici ma sœur, Jade. »

Je leur souris en retour, mes yeux se posant sur leurs seins généreux. « Vous êtes toutes les deux très séduisantes. Je dois avouer que j’ai du mal à me concentrer sur mon travail avec vous deux ici. »

Elles rient, et je sens que je les ai accrochées. Je décide de pousser un peu plus loin. « Je me demandais si vous aimeriez vous joindre à moi dans ma voiture de patrouille pour un moment plus intime. Je peux vous promettre une expérience inoubliable. »

Elles échangent un regard, puis Jade répond, « Pourquoi pas ? Tu as l’air très charmant, Lorenzo. »

Je les conduis à ma voiture de patrouille, mon cœur battant la chamade. À l’intérieur, je me laisse aller à mes désirs les plus profonds. Je les embrasse passionnément, caressant leurs seins généreux à travers leurs robes. Elles gémissent de plaisir, et je sens mon excitation atteindre son paroxysme.

Je leur murmure à l’oreille, « Je veux vous baiser, toutes les deux. Je veux vous entendre gémir et crier de plaisir. »

Elles sourient, visiblement excitées par mes paroles. Ambre répond, « Nous voulons la même chose, Lorenzo. Nous voulons te sentir en nous. »

Je me déshabille, révélant ma queue dure et prête à l’action. Elles se déshabillent aussi, révélant leurs corps magnifiques. Je les regarde, émerveillé par leur beauté. « Vous êtes toutes les deux des chiennes en chaleur, et je vais vous donner ce que vous voulez. »

Je les invite à me faire une double fellation, et elles acceptent avec empressement. Je me retrouve bientôt au paradis, avec une femme dans chaque main, me suçant avec avidité. Je les baise ensuite tour à tour, prenant un plaisir fou à les entendre gémir et crier de plaisir.

Je les mets à genoux, leur ordonnant de se mettre en levrette. Je les enfile tour à tour, sentant leur chatte mouillée et chaude autour de ma bite. Je les doigte en même temps, les faisant gémir de plus belle.

Je les allonge sur le dos, les jambes écartées, et je les pénètre profondément. Je les regarde dans les yeux, voyant leur plaisir se refléter dans leurs regards. Je sens mon excitation monter encore plus, et je sais que je vais bientôt jouir.

Mais je ne veux pas que ça se termine si vite. Je veux profiter de ce moment encore un peu plus longtemps. Je me retire, les laissant haletantes et désireuses de plus. « Je vais vous faire jouir comme jamais auparavant, mes chiennes. Mais d’abord, je veux goûter à vos chattes mouillées. »

À suivre…Je me mets à genoux entre elles, inhalant l’arôme de leur désir. Leur chatte est trempée, leur mouille coule le long de leurs cuisses. Je commence par Ambre, passant ma langue sur ses lèvres gonflées, goûtant son désir. Elle gémit, se cambrant sous ma langue. Je la lèche avec avidité, plongeant ma langue en elle, la faisant gémir de plus belle.

Je me tourne ensuite vers Jade, lui donnant la même attention. Sa chatte est tout aussi délicieuse, et je la dévore avec plaisir. Elle crie de plaisir, ses mains se crispant sur les draps. Je les doigte en même temps, les faisant gémir et crier de plus belle.

Je ne peux plus attendre. Je me mets debout, ma bite dure comme de la pierre. Je m’approche d’Ambre, la prenant par les hanches et la pénétrant profondément. Elle crie de plaisir, ses seins se balançant au rythme de mes coups de reins. Je la baise avec force, sentant sa chatte chaude et serrée autour de ma bite.

Je me retire d’Ambre, me tournant vers Jade. Je la prends par les hanches, la pénétrant avec la même force. Elle crie, ses yeux se fermant de plaisir. Je la baise avec avidité, sentant mon excitation monter encore plus.

Je les mets à genoux, leur ordonnant de se mettre en levrette. Je les enfile tour à tour, sentant leur cul rond et ferme contre moi. Je les doigte en même temps, les faisant gémir de plus belle. Je les baise profondément, sentant leur chatte mouillée et chaude autour de ma bite.

Je les allonge sur le dos, les jambes écartées, et je les pénètre profondément. Je les regarde dans les yeux, voyant leur plaisir se refléter dans leurs regards. Je sens mon excitation monter encore plus, et je sais que je vais bientôt jouir.

Je me retire, les laissant haletantes et désireuses de plus. Je me mets debout, ma bite dure et prête à exploser. Je leur ordonne de se mettre à genoux devant moi, et elles obéissent sans hésiter. Elles commencent à me sucer, leur langue passant sur ma bite avec avidité. Je les regarde, émerveillé par leur beauté et leur désir.

Je sens mon excitation atteindre son paroxysme, et je sais que je vais bientôt jouir. Je leur dis, « Je vais jouir, salopes. Prenez-le tout. » Elles sucent avec encore plus d’avidité, et je sens mon sperme monter en moi. Je jouis avec force, mon sperme giclant dans leur bouche. Elles avalent tout, léchant mes dernières gouttes avec plaisir.

Je me retire, épuisé mais satisfait. Je les regarde, émerveillé par ce que nous avons partagé. « Vous êtes incroyables, les filles. Merci pour ce moment inoubliable. »

Elles sourient, visiblement satisfaites elles aussi. Ambre répond, « Merci à toi, Lorenzo. Tu es un vrai étalon. »

Je les regarde une dernière fois, puis je me rhabille. Je sais que je dois retourner au travail, mais je sais aussi que je viens de vivre un moment inoubliable. Je souris, sachant que je vais me souvenir de ce moment pour longtemps.

À suivre

Publications similaires